Un regard nouveau sur la Réforme

Les propos d’un représentant du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens devant la Communion d’Églises protestantes en Europe.

« Joindre nos efforts pour appliquer à notre époque les exigences positives de la Réforme ». Tel est le vœu de Matthias Türk, membre du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Ce serait un moyen d’atténuer les conséquences négatives de la division de l’Église, a-t-il dit devant l’Assemblée générale de la Communion d’Églises protestantes en Europe (CEPE), qui siège jusqu’au 26 septembre à Florence.

Monseigneur Türk, dans son allocution, s’est concentré sur les points communs entre l’Église catholique romaine et les Églises protestantes. « Après quelque cinquante ans de dialogue œcuménique, nous sommes parvenus à la conclusion qu’il y a plus de choses qui nous relient que de choses qui nous divisent. » La commémoration de la Réforme en 2017 rappellera cinq cents ans de séparation entre chrétiens catholiques et protestants.

Il convient maintenant, selon Matthias Türk, de discuter fraternellement de la mission qui demeure celle d’une Église en perpétuel renouveau. Ce cheminement vers une grande communion devrait commencer par « une confession sincère des fautes accumulées ». Ce que les luthériens et les catholiques ont atteint de commun leur permet maintenant « un regard nouveau sur la Réforme ».

Les entretiens convenus avec la CEPE pour février 2013 sur des questions telles que la conception de l’Église et de l’unité dans la communion œcuménique feront explorer des terres encore inconnues. Plus il y aura de communauté et d’unité à l’interne, plus il y aura aussi d’unité envers l’extérieur. Le représentant du Conseil pontifical a évoqué les « forces fondamentalement créatrices » que sont la catholicité, l’apostolicité et la sacramentalité.

« Nous sommes invités à nous mettre ensemble en route vers quelque chose de nouveau », a répondu Thomas Wipf, président de la CEPE, qui a également remercié le représentant du Conseil pontifical d’avoir pris l’exemple du modèle de la CEPE – « l’unité dans la diversité réconciliée » – et d’y voir un point de départ pour de futures discussions. Car ce modèle a finalement réuni les protestants. Eu égard à l’ensemble des chrétiens, Thomas Wipf a dit : « Nous sommes tous des Églises chrétiennes et nous nous sentons étroitement liés à nos sœurs. » Néanmoins, notre existence comme Église ne dépend pas de la reconnaissance d’une autre Église. Il a exprimé aussi son espoir en une « force œcuménique issue de la base ».

ABOUT THE AUTHOR
0 Comment(s) to the "Un regard nouveau sur la Réforme"
followme
  • Twitter
  • Facebook

Cité européenne de la Réforme

Langues