Un nouvel ordre économique pour l'UE : lier compétition et justice

A la veille du sommet de l'UE, des représentants des Eglises, de l'économie et de la politique débattent des valeurs fondamentales de l'ordre économique à l'Evangelische Akademie Bad Boll.

Quelles sont les valeurs fondamentales à mettre en œuvre lors de la réforme de la politique européenne qui sera discutée aujourd’hui par les chefs d’état et de gouvernement à Bruxelles ? C’est la question débattue hier par des représentants de la Communion d’Eglises protestantes en Europe (CEPE), de l’économie et de la politique européenne à l’Evangelische Akademie Bad Boll. Leur conclusion : la compétition et les valeurs comme la justice sociale ne doivent pas être opposées.

Le président de la CEPE, Thomas Wipf, a souligné la nécessité de rétablir la confiance dans l’économie. « De toute évidence, l’état et l’économie du marché dépendent tous les deux de conditions qu’ils ne peuvent pas établir eux-mêmes. On ne pourra stabiliser ni le système bancaire ni l’euro sans avoir restauré une certaine crédibilité. »

L’eurodéputée Heide Rühle (Die Grünen) a demandé aux chefs d‘états et de gouvernement de poser les jalons pour un ordre économique durable : « La crise économique a conduit tout le monde à reconnaître que l’UE doit débattre d’une politique économique commune et des standards sociaux communs. Il s’agira de ne pas remettre en cause les acquis sociaux mais de proposer des améliorations – comme par exemple l’instauration d’un salaire minimum. »

« Dans un état, la compétitivité et les standards sociaux élevés ne s’excluent pas, » a souligné Marcel Haag, responsable du département pour la stratégie économique de la Commission Européenne. « Les dix états les plus compétitifs de l’UE sont ceux qui ont les meilleurs standards sociaux. »

L’évêque protestant de Vienne, Michael Bünker, a mis l’accent sur la responsabilité envers la génération à venir : « Il faut garantir un juste financement des coûts de la crise financière et économique. Il serait irresponsable de laisser ces dettes à la génération future. »

L’entrepreneur Eckart Hengstenberg a présenté les critères d’une politique d’entreprise tenant compte de valeurs. « Il faut traduire les valeurs dans l’action de l’entreprise, les rendre visibles et par là comparables. César disait déjà : ‘ce que l’on ne peut pas mesurer, n’existe pas’. »

Thomas Keller, directeur exécutif de la Deutsche Bank, et Daniel Dietzfelbinger, conseiller d’entreprise, ont rappelé les racines protestantes d’une économie sociale de marché. « Le protestantisme luthérien et réformé a été le point de départ dans l’histoire des idées pour le développement d’une économie sociale de marché. » Pour cette raison, les Eglises protestantes doivent faire entendre leurs voix lorsqu’il s’agit de concevoir une économie sociale européenne.

La rencontre était organisée par l’Evangelische Akademie Bad Boll en coopération avec la Communion d’Eglises protestantes en Europe (CEPE) et l’Arbeitskreis Evangelischer Unternehmer (AEU). Dans le cadre de cette rencontre, le Pasteur Dr. Dieter Heidtmann a été installé dans sa nouvelle fonction comme directeur d’études pour la politique et l’éthique économiques à l’Akademie Bad Boll. Le théologien Heidtmann, 48 ans, a travaillé auparavant comme représentant de la CEPE à Bruxelles. Dans cette fonction il a accompagné d’importantes législations de l’UE, entre autres le nouveau traité de l’UE ou la nouvelle stratégie économique de l’UE « UE 2020 ».

Information : Le même communiqué sera envoyé également par l’Ev. Akademie Bad Boll. Veuillez excuser si vous le recevez en double.

A Bad Boll, le 4 février 2011

***
Actuellement 105 Eglises protestantes en Europe (y compris cinq Eglises sud-américaines émanant de l'Europe) appartiennent à la Communion d'Eglises Protestantes en Europe (CEPE). Les Eglises luthériennes, reformées, unies et méthodistes ainsi que les Eglises pré-réformatrices telles que vaudois et hussites s'accordent les unes aux autres une communion de chaire et d'autel en vertu de la Concorde de Leuenberg de 1973. L’adresse du Secrétariat : Severin-Schreiber-Gasse 3, A-1180 Vienne, tél.: +41.1.4791523.900, fax .110, Courriel: office@leuenberg.eu, Internet: www.leuenberg.eu. Dipl.theol. Thomas Flügge est responsable du travail des médias et de presse: tél. +41.31.37025.02, fax -.80, t.fluegge@leuenberg.eu.

Picture: CC/Bill Jacobus

ABOUT THE AUTHOR
0 Comment(s) to the "Un nouvel ordre économique pour l'UE : lier compétition et justice"
followme
  • Twitter
  • Facebook

Cité européenne de la Réforme