Rosangela Jarjour : Une menace pour l’avenir des chrétiens du Proche-Orient

« Nous ne voulons pas être des réfugiés, mais vivre en paix dans notre pays, avec tous les droits et les devoirs que cela implique. » Tel a été l’essentiel du message apporté par la secrétaire générale des Églises protestantes du Proche-Orient, Madame Rosangela Jarjour, d’Émèse (Homs), à l’Assemblée générale de la Communion d’Églises protestantes en Europe.

Le 21 septembre à Florence, devant l’Assemblée générale de la Communion d’Églises protestantes en Europe (CEPE), Rosangela Jarjour, secrétaire générale des Églises protestantes du Proche-Orient, a évoqué la situation dramatique des chrétiens dans la région. « Je rêve de pouvoir me lever un jour et dire : ‹Je vous apporte de bonnes nouvelles.› Mais pour le moment, c’est impossible. » Jamais selon elle la situation n’avait été aussi grave. Rosangela Jarjour, originaire d’Émèse (Homs) en Syrie, voit peser une lourde menace sur l’avenir des chrétiens au Proche-Orient. La sécurité dont ils jouissaient précédemment a fait place à une peur permanente. Les chrétiens ne peuvent plus pratiquer leur religion, les libertés individuelles et le droit de s’exprimer sont abolis, et tout ce qui était laïque est islamisé. Rien qu’en Égypte, plus de 50'000 chrétiens ont pris la fuite depuis le début de la révolution. À Émèse, sa famille a été contrainte de quitter la ville. « Les chrétiens ont perdu leurs maisons, leurs commerces et leurs églises, il y a eu des pillages, des destructions et des incendies. » Pour appuyer son propos, Rosangela Jarjour a montré à l’Assemblée des images bouleversantes d’églises détruites en Syrie.

Rosangela Jarjour lance un appel aux Églises d’Occident « pour qu’elles fassent entendre une voix prophétique et ne se contentent pas de suivre leur gouvernement ». Il s’agit en Syrie aussi « de rechercher la vérité et de voir plus loin que ce que montre la télévision », a dit encore la secrétaire générale du « Fellowship of Middle East Evangelical Churches », lequel représente deux millions de fidèles de dix-sept Églises luthériennes, réformées et anglicanes. Les chrétiens du Proche-Orient ont le sentiment que l’Occident les délaisse. Et pourtant, Madame Jarjour a prévenu : « Si cela continue, les chrétiens qui restent finiront par disparaître. » Les manifestations, d’abord pacifiques, ont rapidement glissé dans la violence. « Nous sommes nombreux à ne pas pouvoir croire que cette violence soit le fait de gens du pays. » Au début, les chrétiens et les musulmans sont descendus ensemble dans la rue, mais lorsque la violence a augmenté, beaucoup de chrétiens se sont retirés. « Cela n’avait plus rien d’un mouvement populaire, la Syrie est devenue un terrain d’affrontement pour toutes sortes de forces venues de l’extérieur », constate Madame Jarjour, qui est convaincue que « ce ne sont ni les armes ni l’argent de l’Arabie Saoudite ou du Qatar qui permettront de fonder une démocratie ».

La tournure prise par les évènements en Syrie est « unanimement désapprouvée par les chrétiens ». Rosangela Jarjour s’est dite favorable à une solution pacifique : « Quel que soit le gouvernement qui parviendra au pouvoir, il devra nous laisser, à nous les chrétiens, nos libertés, nous assurer la sécurité et nous permettre de vivre en paix. » Cette Syrienne établie à Beyrouth où elle exerce ses fonctions a insisté sur le vœu de nombreux chrétiens de rester dans leur pays : « Nous ne voulons pas être des réfugiés, mais vivre en paix dans notre pays, avec tous les droits et devoirs que cela implique. » Beaucoup de chrétiens, dont les libertés n’étaient pas entravées sous le régime d’Assad, ne feront pas de compromis avant de savoir comment les nouveaux dirigeant les traiteront.

Les propos de la secrétaire générale des Églises protestantes du Proche-Orient ont été attendus avec un intérêt tout particulier par l’Assemblée générale de la CEPE. « La CEPE a un réseau international, a dit son président Thomas Wipf. En invitant Madame Jarjour à l’assemblée représentative du protestantisme européen, nous avons voulu manifester les liens qui nous lient aux Églises protestantes du Proche et du Moyen-Orient. »

ABOUT THE AUTHOR
0 Comment(s) to the "Rosangela Jarjour : Une menace pour l’avenir des chrétiens du Proche-Orient"
followme
  • Twitter
  • Facebook

Cité européenne de la Réforme